Le label égalité

LE BAROMETRE   LES ENTREPRISES   LES PRATIQUES   LES EVENEMENTS
LE FILM   CONTACT   LE CLUB

 

Le Label égalité,
Un enjeu de performance économique

Quelques mots d’histoire…

Le Label égalité a été lancé par le gouvernement en 2004. Il est délivré par une commission paritaire, puis par l’AFNOR Certification sur la base d’un dossier d’auto-évaluation rempli par l’entreprise et soumis à ses partenaires sociaux. Il s’adresse aussi bien aux petites qu’aux grandes entreprises qui souhaitent s’engager durablement dans une démarche en faveur de l’égalité.
En 2003, une enquête menée par le Sénat démontrait que seulement 30% des entreprises en France appliquaient la loi sur l’égalité professionnelle du 9 mai 2001. Inquiète de ce constat, la ministre alors en charge de l’égalité professionnelle, Nicole Ameline, a retenu l’idée d’un label présentée par Cristina Lunghi, fondatrice de l’association Arborus. En effet, « l’égalité professionnelle ne se décrète pas, elle s’organise » et si les entreprises n’appliquent pas la loi, c’est davantage parce qu’elles ne savent pas comment l’appréhender que par volonté d’écarter les femmes. Depuis plusieurs années, les mentalités ont considérablement évolué. Simultanément à un marché du travail à flux tendu, la plus-value et la performance reconnues aux femmes ont incité les entreprises à rechercher des profils féminins. C’est ainsi que l’état s’est engagé dans la mise en oeuvre de ce label afin d’offrir aux entreprises qui le souhaitent un outil méthodologique, fondé sur le volontariat et sur une démarche qualité sérieuse.

L’élaboration du cahier des charges a été confiée à Cristina Lunghi qui anime depuis 2006 le Club du Label Egalité.

 

Quels motifs pour s’engager dans la démarche du Label égalité entre les femmes et les hommes ?

Ils sont nombreux. Outre des aspects d’équité et de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), l’égalité professionnelle répond à des enjeux économiques fondamentaux. En effet, la réduction de la population active et des tensions prévisibles sur le marché du travail, les nouvelles attentes des salariés et des salariées, un environnement international de plus en plus compétitif, rendent la question de la place des femmes dans l’entreprise, et notamment dans les sphères de décision, de plus en plus importante. S’engager dans une dynamique d’égalité représente un facteur de succès pour la stimulation de la performance globale. Source de richesse, l’apport de la vision féminine dans l’entreprise aboutit à une mixité qui augmente la compétitivité et constitue un facteur de changement de la culture et des valeurs de l’entreprise et d’innovation sociale. L’égalité professionnelle constitue un des critères de la notation sociale des entreprises. Sur le plan institutionnel, l’entreprise a tout à gagner, en termes de dynamisation de son image aussi bien vers ses clients, qui sont devenus majoritairement des clientes, que sur le plan de l’attractivité de nouveaux talents. Sur le plan d’interne, l’égalité professionnelle contribue à fidéliser ses salariés et salariées et contribue à la cohésion d’équipe et à l’amélioration globale des conditions de travail de tous, hommes et femme confondus. S’engager dans une démarche d’égalité ne s’improvise pas, c’est pourquoi le dossier de labellisation propose une méthodologie fondée sur le consensus de l’appropriation individuelle de l’égalité, en lien avec les partenaires sociaux.

 

Comment obtenir le label ?

Ce label s’adresse aux entreprises dès qu’elles souhaitent s’engager durablement sur ce sujet et est délivré par l’organisme de certification AFNOR pour une durée de trois ans, avec un contrôle intermédiaire à dix-huit mois.

On retient globalement trois étapes pour obtenir le Label :

1. Le cahier des charges

Les entreprises doivent constituer un dossier de candidature, disponible sur les sites de l’AFNOR rubrique « Nos services », du Ministère du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité et de l’association Arborus. Ce dossier comprend trois champs de labellisation et regroupe dix-huit critères. Une fois complété par la direction, il est soumis à l’avis consultatif du Comité d’entreprise ou à défaut, des représentants élus du personnel. Il est ensuite adressé à l’AFNOR Certification.

2. Le dépôt de candidature

A compter de la réception du dépôt de candidature, l’AFNOR dispose d’un délai de 6 mois pour procéder à l’instruction du dossier. La candidature est analysée par un évaluateur. Un rapport d’évaluation est rédigé.

3. La décision de labellisation

Cette décision est rendue par une commission qui comprend cinq représentants de l’Etat, cinq représentants des syndicats salariés représentatifs et cinq représentants des organisations patronales. Sur la base du rapport d’instruction, la commission de labellisation rend un avis à la majorité.

 

Les enjeux de l’égalité professionnelle

Aujourd’hui, les entreprises françaises favorisent de plus en plus l’égalité professionnelle car elle constitue un argument économique, social, RH Marketing et institutionnel.

Un enjeu économique

L’égalité professionnelle répond à des enjeux économiques fondamentaux. En effet, s’engager dans une dynamique d’égalité représente un facteur de succès pour la stimulation de la performance globale. On sait que la mixité est source de richesse et augmente la productivité. De plus, l’égalité professionnelle est devenue un des critères de la notation sociale des entreprises et constitue un avantage concurrentiel dans les appels d’offres, en particulier sur les plans national et européen.

 

Un enjeu social et sociétal

L’apport de la vision féminine dans tout système d’organisation constitue un facteur de changement de la culture, des valeurs de l’entreprise et est source d’innovation sociale. L’égalité professionnelle devient un véritable enjeu du dialogue social et d’un développement social.

 

Un enjeu RH

L’égalité professionnelle favorise l’attractivité de nouveaux talents et la fidélisation des potentiels humains dans l’entreprise. Elle est un facteur supplémentaire d’optimisation des ressources humaines et cela tout au long du processus de la gestion des ressources humaines : elle croise ainsi la Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

 

Un enjeu marketing et d’image

Le Label, obtenu grâce à la mixité au sein de l’entreprise, est une forme d’outil marketing et de dynamisation de l’image de l’entreprise ou de l’organisme labellisé.
Selon une enquête IPSOS, les femmes, qui sont souvent majoritaires dans la prise de décision finale de l’achat de certains biens de consommation onéreux, achèteraient plus volontiers des produits labellisés égalité.

 

Un enjeu de management et des conditions de travail

Sur le plan interne, l’égalité professionnelle contribue à la cohésion d’équipe et à l’amélioration globale des conditions de travail de l’ensemble des salariés, hommes et femmes confondus. « Les premiers bénéficiaires de politiques en faveur des femmes : ce sont les hommes » commente une organisation syndicale de PSA.

 

Une philosophie qui se résume en trois champs

Le label égalité a été conçu dans la perspective de faire évoluer durablement l’organisation des entreprises, associations ou administrations dans le respect des différences et de la complémentarité entre les femmes et les hommes. Le dossier de candidature au Label est construit autour de trois grandes orientations : l’ancrage de l’égalité dans la culture de l’entreprise, son intégration dans les processus de gestion des ressources humaines et de management, le respect de la parentalité et de la conciliation des temps de vie professionnels et personnels ou familiaux.

 

     Champ 1 :  
     La prise en compte de l’égalité professionnelle dans les relations sociales,
     l’information et la culture de l’organisme
     Champ 2 :
     L’égalité dans la gestion des ressources humaines et le management
     Champ 3 :
     L’égalité par la prise en compte de la parentalité dans le cadre professionnel